Ambassadeurs et ambassadrices - Fondation École Secondaire Baie St-François
15449
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-15449,ajax_fade,page_not_loaded,,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-1.0,qode-theme-fondation ebsf,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive
 

Ambassadeurs et ambassadrices

BENOIT CHARETTE

Selon Benoit, ses meilleurs souvenirs à l’EBSF sont reliés aux activités parascolaires : « L’équipe de football, les sorties de groupe avec l’école pour des activités sportives, l’organisation et la préparation d’événements comme l’album et le bal des finissants. Ce sont des moments privilégiés pendant lesquels on nouait de réelles amitiés avec des élèves que l’on apprenait à connaître en dehors du cadre scolaire officiel », souligne-t-il.

CLAUDE PREGENT

Claude Prégent est diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, promotion 1978. Aussi à l’aise devant la caméra que sur scène, Claude Prégent a été de la distribution d’un nombre impressionnant de téléromans et de téléséries depuis une vingtaine d’années : Le Temps d’une paix, À plein temps, Cormoran, Triplex, Ent’Cadieux, Lobby, Ces enfants d’ailleurs, Réseaux, Quadra, L’Ombre de l’épervier, Diva et Caméra Café.

NATHALIE GROULX

Psychoéducatrice à la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands depuis 1997, Nathalie Groulx a commencé à travailler en milieu scolaire dès la fin de ses études.Son épanouissement professionnel a pris tout son sens lorsque qu’elle est arrivée à l’école de la Baie-Saint-François en 1999. Elle avait déjà un fort sentiment d’appartenance à cette école secondaire qu’elle avait fréquentée de 1989 à 1991 en tant qu’élève.

Elle a adoré son passage à l’EBS : « Évidemment, les moments privilégiés passés avec mes amies à discuter à la cafétéria et à la salle d’accueil ont fait partie de ma vie à l’école secondaire. J’ai aussi eu beaucoup de plaisir à participer à l’activité du défilé de mode. À chaque semaine, j’avais hâte de voir mes collègues et de trouver de nouvelles idées pour la chorégraphie, de pratiquer mon tableau… » Et elle ajoute : « Que dire de la soirée du défilé de mode où tous les efforts étaient récompensés par une salle comble de gens qui venaient les encourager! » De vrais beaux souvenirs pour notre ambassadrice!

GENEVIÈVE GÉLINEAU

Aujourd’hui gérante d’artistes et très impliquée dans le milieu culturel, Geneviève Gélineau garde un précieux souvenir de son passage à « la Baie »…

Elle y a croisé des professeurs qui ont influencé son parcours.
Elle y a notamment appris les lettres, les chiffres et bien des choses de la vie. Selon elle, c’est ici qu’elle a forgé son avenir, une expérience à la fois.
Voici ce qu’elle en retire, en quelques mots : « J’y ai usé mes crayons Prismacolor, mes sacs de cuir qui sentent bon la rentrée scolaire et mes jeans Levis beaucoup trop serrés.
J’y ai surtout connu bon nombre d’amis qui sont encore auprès de moi aujourd’hui…
J’y ai beaucoup grandi à la Baie… », affirme-t-elle.

MARTIN PRIMEAU

Directeur technique adjoint chez Valspec depuis 2010 et maintenant co-propriétaire d’une compagnie d’audiovisuel Audio Acoustique depuis 2016. Nous pouvons dire que Martin a développé sa passion dès ses premiers instants à la polyvalente et que, encore aujourd’hui, cette flamme le suit à tous les jours.

«Mon passage à la polyvalente est marqué par mon expérience développée grâce aux activités parascolaires. J’ai été impliqué dès mon arrivée en secondaire 3. Merci à Robert à la vie étudiante et aux ‘’5e secondaire’’ qui prenaient le temps de nous montrer tout le potentiel qui se cachait entre les murs de cette institution. Je suis arrivé un jour, avant un cours, avec un billet pour avoir une libération de cours. Sylvain Leblanc, professeur d’éducation physique, l’a signé sans mettre en doute que j’allais m’impliquer dans la technique d’un spectacle. Il avait compris que c’était ce qui me passionnait. Par ses mots et ses gestes, je comprenais que cette activité profitait à mon apprentissage. Outre la confiance que les personnes m’ont démontrée, plusieurs expériences entre les murs du théâtre m’ont permis de grandir. Que ce soit avec le gala personnalité, les parades de mode, le louis-show, le bal et les évènements extérieurs, tout cela m’a donné le bagage nécessaire pour faire des choix éclairés au cours des années suivantes. »

MÉLODIE DAOUST

Double médaillée olympique au hockey féminin, Mélodie Daoust continue d’être active et impliquée dans sa région natale. Elle est un modèle de persévérance pour beaucoup de jeunes et moins jeunes! Sans contredit, elle garde un doux souvenir de son passage à l’EBSF : « Mes années passées à l’école de la Baie St-François ont été mes préférées. Mes récréations se déroulaient dans la salle d’accueil à raconter toutes sortes d’histoires avec mes ami(e)s. Je faisais également parti du programme sport-étude, donc le gymnase était comme ma deuxième maison! Je me rappelle également que j’avais de très bonnes relations avec tous mes enseignant(e)s, ce qui à rendu mon temps à l’école EBSF très agréable. Ces souvenirs resteront gravés dans ma mémoire pour toujours. Merci ! », conclut notre ambassadrice.

PIERRE-YVES MCSWEEN

Pierre-Yves McSween est comptable professionnel agréé et détenteur d’un MBA et d’un certificat en journalisme de l’Université de Montréal.

Depuis 2015, il tient deux chroniques quotidiennes aux émissions Puisqu’il faut se lever et Le Québec maintenant, au 98,5 FM. En septembre 2016, il a publié En as-tu vraiment besoin? vendu à plus de 150 000 exemplaires. Finalement, il est aussi à la barre de L’indice McSween, un magazine traitant de consommation et de finances personnelles, sur les ondes de Télé-Québec. Voici ce qu’il retient de son expérience au secondaire : « Mes années à l’école Baie-Saint-François n’ont pas été les plus faciles de mon existence. L’affirmer serait souffrir d’une profonde amnésie. Au secondaire, on est confronté à la réalité, à l’injustice et à la grande complexité des personnes et des rapports humains. On n’a pas tous les mêmes chances, les mêmes qualités intellectuelles ou physiques. Surtout, on ne choisit pas le milieu dans lequel on a grandi, ni sa précarité. Les années du secondaire sont non seulement charnières, mais aussi primordiales dans les choix et opportunités qui guideront le reste de nos vies professionnelle et personnelle. Si cette fondation peut permettre à des personnes de voir le ciel un peu plus ensoleillé à cette période de leur vie, ce sera déjà un grand accomplissement. Surtout, savoir qu’il existe quelque part des ressources pour nous aider quand on en a vraiment besoin, n’est-ce pas ça la solidarité? Je suis diplômé de cette école depuis 1996. Je suis très conscient d’où je viens. Ce parcours à l’EBSF a défini et continuera de définir une partie de ce que je suis. Merci à tous de vous impliquer pour faire de cette fondation une noble cause. Au-delà de l’aide de l’État, il y a l’entraide citoyenne : l’implication sincère et bénévole. »